Cette toute récente production mérite vraiment que l’on s’y attarde et qu’on lui consacre cet article sur notre blog.

Donc hop, hop, ne perdons pas de temps et attelons-nous à la tâche, histoire de partager avec vous les coulisses de son tournage et plus encore l’expérience exceptionnelle vécue à cette occasion. Un projet qui fleure bon les parfums de l’aventure !

Jugez par vous-même…

L’équipe en conserve des étincelles plein les rétines, ou plus exactement la persistance du scintillement des aurores boréales auxquelles elle a eu la chance d’assister.

On soupçonne Guillaume d’avoir truqué ce cliché sous Photoshop mais l’honnêteté nous force à admettre qu’il n’a pas le niveau requis.

Pensez-vous : un tournage aux confins de la Norvège, avec 3 vols successifs pour y accéder, voilà qui offre le sentiment de se rendre dans un territoire hors du monde et même hors du temps. Des températures certes frisquettes, mais qui vont de pair avec le privilège de contempler et d’arpenter des paysages préservés d’une beauté à couper le souffle, sur terre comme sur mer.  Le plaisir et la joie des rencontres également, de celles qu’on se remémore longtemps et qui pourraient inspirer l’écriture de carnets de voyage.

Un territoire préservé, aux confins de la Norvège et au-delà du cercle polaire, tel que l’on découvert Guillaume & Kevin depuis l’avion.

Ce premier film, qui marque le point de départ d’une série à venir, s’inscrit résolument dans une perspective de production de contenus vidéo brand content, centrés sur la promesse de marque de Bureau Veritas pour l’ensemble de ses services et prestations : « Bâtir un monde de confiance » / « Shaping a world of trust » . Et ce à l’échelle de sa dimension internationale avec une implantation dans 140 pays, sur les 5 continents.

Jorn, seafood expert pour Bureau Veritas.

CONTENUS VIDÉO BRAND CONTENT : CE QU’IL FAUT SAVOIR

Nous avons consacré un article THEMA à la communication brand content, véritable tour à 360° du sujet et illustré de nombreux exemples. Nous en rappellerons donc ici simplement 3 fondamentaux :

1 – contrairement à une idée reçue, le brand content n’est pas une « invention » récente des pros de la communication. C’est toutefois la révolution numérique et plus spécifiquement l’explosion du trafic vidéo sur Internet qui ont contribué à lui ouvrir un espace d’expression et de diffusion parfaitement adapté à son essor, avec pour première valeur ajoutée l’immense liberté créative propre au média audiovisuel.

2 – le brand content satisfait aux nouveaux enjeux de la communication en s’affranchissant des discours ultra marketés et auto-centrés, pour offrir aux public cibles un nouveau regard sur sa marque, son entreprise, ses savoir-faire, au recours de formats adaptés : portraits, mini-documentaires, web série et même fictions. Dans un contexte où les engagements sociétaux, la protection de l’environnement, le mieux-vivre et le mieux consommer sont plus que jamais d’actualité, le brand content se doit aujourd’hui d’intégrer la stratégie globale de communication des marques et des grandes entreprises. Sans hypocrisie ni cynisme bien sûr, car sinon gare au retour de manivelle.

3 – longtemps méconnu et/ou sous-estimé des grands acteurs du B2B, de même qu’ils ont encore parfois du mal à basculer d’un discours exclusivement « corporate » à celui de marque, le brand-content connait depuis quelques années un succès croissant en matière de contenus vidéo destinés à la seule sphère professionnelle. Plus nombreuses sont chaque jour les entreprises à intégrer que leurs métiers, leurs forces vives, leurs territoires, leur savoir-faire parfois séculaires, leur technicité et innovations, sont autant de sujets méritant d’être approfondis pour donner lieu à la production de vidéos.

Pour visionner nos autres productions brand content c’est par ici que ça se passe.

Le brand content transcende le discours factuel du corporate, pour proposer un nouveau regard sur les métiers et les expertises.

MOYENS MIS EN ŒUVRE SUR cette SÉRIE VIDÉO BRAND CONTENT

Judicieusement intitulée All About Trust, cette série de vidéo s’appuie sur un schéma éditorial de facture somme toute classique, mais que viendront sublimer les territoires explorés et les savoir-faire des experts Bureau Veritas.

Pour ce premier numéro, c’est donc en Norvège que nous nous sommes rendus, plus précisément à Alta, une région sauvage et préservée située au nord du cercle polaire, à la rencontre de Jorn. Seafood Expert chez Bureau Veritas, ce dernier y effectuait un ensemble de contrôles et analyses auprès d’un élevage de saumons situé au cœur d’un fjord.

Dans la perspective d’une série, nous avons bien naturellement réfléchi à la mise en œuvre de choix logistiques et techniques portant sur des tournages récurrents.

Pour première intention : composer une équipe réduite, à même d’être réunie en un minimum de temps et de pouvoir satisfaire à des déplacements partout sur la planète.

Guillaume, chargé de production sur ce projet, a très rapidement arrêté son choix pour la réalisation en la personne de Kevin. Passionné de voyages et de rencontres, il est de ses réalisateurs que l’on a coutume de qualifier de « baroudeurs », habitués à exercer en solo dans des conditions où le confort 5 étoiles ne figure pas au programme.

Kevin et son inséparable boîtier SONY Alpha S7 II filme Jorn sur progressant sur les passerelles des bassins situés à Jøkelfjord.

L’équipement a également été sélectionné en fonction et nous avons retenu le boîtier Sony Alpha S7S-II. Il s’agit non seulement de la caméra de prédilection de Kevin, mais elle offre encore des avantages indéniables : un rendu proche de la perfection et ce même en basse lumière, une stabilisation optique sur 5 axes qui la prédispose à un usage « boîtier nu » et donc délestée d’accessoires rendus superflus.

C’est également Kevin et son Dji Mavic Pro 2 qui a assuré la captation des plans aériens. La caméra qui équipe ce drone très polyvalent, de faibles poids et dimensions, permet en effet d’enregistrer des vidéos en qualité 4K dont le piqué et le rendu colorimétrique sont très proches de ceux du Sony Alpha 7S II. Soit la promesse d’un gain de temps notable lors de l’étalonnage final – équilibrage des valeurs de luminosité et couleurs – pour parvenir à un film aux images très homogènes.

Kevin aux commandes de son drone Dji Mavic Pro 2. Sur l’eau, on est d’autant plus attentif au niveau des batteries !

Pour autre parti-pris formel, cette série donnera la parole aux expert-e-s Bureau Veritas par le biais d’une voix-off les incarnant. Nous souhaitons en effet ici nous affranchir du recours à l’interview face caméra pour ne pas briser la dynamique des films. Et ainsi produire des images qui mettent en scène et valorisent nos protagonistes dans des décors par essence photogéniques.

Les voyages et les rencontres promises renforcent bien naturellement notre envie de nous envoler dès que possible pour de nouvelles destinations et c’est pourquoi l’on est tenté de conclure par la formule adéquate :

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *