CARESTREAM DENTAL – JOURNAL DE BORD D’UN TOURNAGE

On souhaitait, on désirait même, s’ouvrir à un exercice de style radicalement différent avec ce nouvel article de notre Blog.

À savoir non plus valoriser notre expertise une fois une production finalisée, mais dès l’issue du clap de fin du tournage sous la forme d’un journal de bord. Il faut dire qu’on a été particulièrement gâté sur ce projet, mais non sans un grand nombre de défis qui ont grandement participé au sel de l’aventure. Car oui ce fut une aventure, peut-être pas au sens d’un explorateur tel que Mike Horn mais une aventure humaine dont nous conserverons assurément d’innombrables souvenirs, tant professionnels que personnels.

blog-carestream-dental-changing-lives-colorama-kodak

Un jour, paisiblement installés au coin du feu, nous conterons nos aventures passées de tournages à notre descendance, histoire de transmettre le flambeau.

Nous ne pouvons rien dévoiler du scénario proprement dit. Il va donc falloir vous armer de patience et attendre le mois de mars pour découvrir le film. Sachez d’ailleurs qu’on a autant hâte que vous de le découvrir alors que la postproduction vient tout juste de débuter. Une surprise vous attends toutefois en fin d’article.

Tout juste pouvons-nous vous informer sur 2 points :

– ce projet nous a été confié par la société Carestream Dental, société spécialisée dans l’imagerie et technologies numériques dentaires. Le film a d’abord pour objectif d’installer le nouveau territoire de la marque Changing Lives, et la promotion des produits phares Carestream Dental dont le dernier appareil de radiographie tridimensionnelle le CS 9600. Et croyez nous, on a nous même été sacrément impressionnés par cette « machine » qui, avec l’ensemble des solutions de la marque, préfigurent ni plus ni moins que l’avenir des soins dentaires.

– ce film sera exploité à l’international. Pour cette raison nous avons opté pour une fiction sans dialogue d’un format exactement identique à ceux qu’exploitent les grands annonceurs aujourd’hui en matière de communication digitale, à savoir des vidéos totalement apparentées à l’esthétique publicitaire d’une durée moyenne de l’ordre de 2 minutes.
On en profite ici pour rappeler qu’en digital, la durée d’un film n’a aucune incidence sur le coût de diffusion, contrairement au mass média. D’où le succès de ces formats « longs » qui ont pris le relais des 30 et 60 secondes pour la simple et bonne raison qu’ils offrent de développer le message mais encore de susciter plus d’émotion et donc de lien affectif vis-à-vis de l’annonceur.

Mais débutons maintenant notre carnet de route avec une toute dernière précision : sachant qu’il s’agissait d’une fiction, le planning de tournage se devait d’être organisé selon les usages en vigueur pour ce type de format, de sorte à n’oubliez aucun des plans sur chaque site. Car bien sûr ils reviennent pour beaucoup comme décors en différents instants du film. Cette phase préparatoire et le suivi de celle-ci par l’intermédiaire de la scripte sont ici le nerf de la guerre : pas question d’oublier ne serait-ce qu’un seul plan. Réfléchir et réaliser des alternatives sont également autant de bénéfices pour enrichir le futur montage.

Allez cette fois GO, c’est parti !

PRÉPRODUCTION : L’ÉQUIPE DANS LES STARTING BLOCKS

Ce projet s’est signé à la mi décembre, 5 jours ouvrés seulement avant les fête de fin d’année, ce sachant que le client comme nous même assurions la trêve des confiseurs entre Noël et le Jour de l’An.

Le tournage lui devait impérativement s’effectuer sur la seconde semaine de janvier, car le client souhaitait disposer de plusieurs teasers pour un « kick off » de lancement en amont de la diffusion publique du film.

Sortez votre calculette : seulement 10 jours de pré-production pour un film comptabilisant 4 décors intérieurs, dont une salle de concert, un lycée et une journée de tournage pour Lisbonne. Mais encore une multitudes de plans à réaliser sur de nombreux sites extérieurs, tous repérés sur Lyon, ainsi que dans les transports en commun, avec bien sûr  toutes les autorisations nécessaires.

Premiers défis donc : lancer un appel à casting pour 4 comédien(ne)s dont une jeune femme majeure à qui l’on puisse donner 17 ans puisque c’est l’âge du personnage principale. Bien entendu il fallait également qu’elle dispose d’une dentition en tout point parfaite. Croyez le ou non mais la validation définitive de la comédienne ne s’est faite qu’en janvier à 48 heures du début du tournage. Mais l’important c’est que c’était la bonne et on salue ici la sagacité et la persévérance de Fanette qui a mené les castings de main de maître.

Carestream-CL-preprod-casting

L’équipe de production travaille à la présélection des candidatures de casting. Priorité absolue : la jeune comédienne !

Second défi : repérer chacun des lieux et pour ceux le nécessitant obtenir les autorisations ad’hoc : préfecture et Sytral pour les transports en communs lyonnais. Dans la perspective d’un film destiné à une diffusion à l’international, il ne fallait qu’aucun de ses lieux ne soit emblématique de la ville de tournage. Exactement d’ailleurs comme dans la plupart des spots publicitaires pour l’automobile.

Troisième défi et finalement celui relevé le plus rapidement : constituer l’équipe au complet. Sous 3 jours celle-ci était rassemblée : Christophe pour directeur de production, Jérémy en chargé de production Rémy à la réalisation, Thomas comme chef op, assisté d’un second Rémy, Pascal pour ingénieur son et notre irremplaçable Gérard pour la logistique et la régie. Viennent compléter l’équipe : la styliste Sarah et Fanette qui après le casting revêt le costume de scripte, qui lui va si bien.

On va pas se mentir, pas plus que se couvrir d’une couronne de Laurier, mais depuis la création de EO Production jamais un projet de cet envergure, avec 4 journées de tournage dont une à l’étranger, avait requis une préparation dans un laps de temps si court.

Comme dirait l’agent Ethan Hunt : mission accomplie !

blog-carestream-dental-changing-lives-ethan-hunt

Bon ce fut moins acrobatique et surtout moins dangereux que ce type de cascade mais on s’en est tout de même sorti comme des chefs !

JOUR 01 – UNE JOURNÉE À LA CAMPAGNE

Direction la Dombes, à une soixante de kilomètres de Lyon. C’est un peu la Sologne de la région Lyonnaise si ce n’est que la faune y est protégée. Les étangs y sont innombrables et un grand nombre d’entre eux jouxtent directement certaines propriétés privées, tel que la fantastique demeure du XIX que nous investissons. Mais nous ne sommes pas là pour la beauté bucolique des lieux puisque le planning ne comprend qu’exclusivement des plans en intérieurs. On ne se prive pas pour autant de poster une photo de se cadre idyllique.

blog-carestream-dental-changing-lves-dombes

Forcément avec un tel environnement, nous aurions pu être tentés de sortir les gaules pour un concours de pêche, mais le travail avant tout.

Pourquoi alors cette maison mais encore la distance induite, ce alors que le temps sur un tournage vaut de l’or ? Excellente question dont voici la réponse on ne peut plus prosaïque : cette maison a été sélectionnée pour ses volumes intérieurs exceptionnels. Absolument toutes les pièces : chambre, cuisine, salle de bain, disposaient d’une surface offrant une immense liberté de placement de la caméra, presque toujours à 360° autour du ou des sujets.

blog-carestream-dental-changing-lves-tournage-cuisine

Sur cette photo : l’équipe technique et de prod au complet de 2 des comédiens. Si ça c’est pas une cuisine spacieuse ! Un confort optimal pour le réalisateur et son équipe.

Afin d’assurer le tournage de l’intégralité des plans prévus sur cette journée, une partie de l’équipe s’était déplacée la veille pour procéder à la décoration complète de la chambre de l’héroïne. Cette méthodologie que l’on nomme « prelight » est une garantie de pouvoir attaquer le tournage en un minimum de temps le jour venu.

JOUR 02 – BACK TO SCHOOL & CONCERT ROCK

Cette seconde journée, on s’en souviendra longtemps tant elle a apporté de plaisir, sans bien sûr nous faire dévier de notre professionnalisme. Bon c’est un peu prétentieux dit comme ça, alors adoptons une autre tournure : on aime travailler dans la décontraction et si le « fun » peut s’en mêler on est très demandeur.

Retour au Lycée donc le matin, dans l’enceinte de l’établissement Édouard Branly que l’on remercie chaleureusement pour leur accueil. Il s’agit d’un des plus grands lycées techniques du Grand Lyon, une véritable institution dotée de grands volumes en plus des iconiques couloirs desservants les classes.

Notre héroïne – mais on ne l’a pas même nommée : la comédienne Julie Budria – s’est prêtée au jeu et très honnêtement s’était confondant tellement elle se fondait dans le décors malgré ses 24 ans. Privilège de la jeunesse…

blog-carsetream-dental-changing-lives-lycee

Si cela vous inspire l’ambiance teen movie tel que Breakfast Club, c’est l’effet recherché. Seule frustration : on n’a pas trouvé d’établissement avec des casiers métalliques.

Après le break déjeuner, direction la salle de concert À THOU BOUT D’CHANT choisie pour sa jauge intime mais encore la gentillesse et la disponibilité de son staff administratif et technique.

La séquence met en effet en scène un groupe de musique de lycéens et nous souhaitions à tout prix un espace qui puisse traduire les toutes premières représentations d’une formation. Pas de grande salle donc, ni même trop moderne ou sur équipée.

De 15h à 18h, les équipes techniques ont installé et configuré les équipements : console audio, light scènes, panneaux led stroboscopiques, machine à fumée. À partir de 18h30 sont arrivés les premiers figurants : au total, une trentaine de personnes se sont prêtés au jeu du public jusqu’à se casser la voix dans les séquences finales de rappel.

Afin de pallier à toutes éventualités lors de la postproduction, Julie a été enregistrée en playback mais également en a capela et le public séparément. Le son revêt une telle importance pour une séquence de concert reconstituée qu’il faut tout prévoir au tournage, faute de quoi le matériel peut faire défaut lors du mixage audio.

blog-carestream-dental-changing-lives-concert

Noyé dans le public, Thomas cadre la scène tandis que Sarah effectue une retouche maquillage sur Julie.

Côté régie, on avait assuré nos arrières en faisant ouvrir le bar de la salle et apporter d’innombrables pizzas pour reprendre des forces entre les prises. En bon directeur de production, Christophe veillait au grain histoire que les pintes de bière ne se ressentent pas sur la productivité.

L’ambiance était telle ce soir là qu’on a absolument souhaité conclure le tournage de cette journée par une photo de l’ensemble de l’équipe présente, à la production comme à la technique. Un rituel habituellement dévolu à la dernière journée de tournage mais les règles ne sont-elles pas faites pour être brisées parfois ?

blog-carestream-dental-changing-lives-team

L’équipe prend la pose en souvenir de cette soirée mémorable synonyme de l’équilibre entre travail et plaisir partagé.

À 23 heures le rangement de la salle était terminée et les derniers présents ont regagné leur domicile pour un repos bien mérité.

JOUR 03 – ON S’ENVOLE POUR LISBONNE

Équipe réduite pour cette journée au Portugal avec une arrivée la veille et un retour le lendemain.

Mais d’ailleurs pourquoi donc le Portugal ? Et bien 2 raisons à cela.

En premier lieu le CS 9600 est un produit si récent que peu de cabinets et cliniques dentaires sont encore équipés en Europe.

En second lieu, la clinique concernée sur Lisbonne offrait une esthétique et des volumes extrêmement intéressant. Ici encore donc de la matière à de belles images, ultra high-tech et hygiéniste de plus et une grande liberté pour cadrer selon les souhaits du réalisateur.

blog-carestream-dental-changing-lives-cs9600

Thomas filme Julie alors que le CS 9600 effectue un scan 3D de sa dentition en imagerie extra-orale.

Quant à la logique d’équipe réduite : directeur de production, réalisteur, chef op, un assistant portugais et la comédienne bien sûr, elle s’inscrit bien sûr dans une logique d’économie. Toujours dans cette perspective, rappelons que le développement des compagnies low cost et la démocratisation de l’espace aérien ont largement contribué à significativement augmenter nos déplacements à l’étranger, notamment pour nos clients présents à l’international mais encore pour aller tout simplement chercher soleil et lumière en saison hivernale.

Bon il ne faisait pas très chaud à Lisbonne, mais la lumière était au rendez-vous ainsi que les innombrables tavernes pour se rassasier, ici encore après une journée au planning très chargé puisqu’il intégrait également les plans à tourner pour 2 teasers supplémentaires.

On ne se prive pas pour le coup d’une image so clichée de l’ambiance des nuits lisboètes avec les mythiques tramways qui sillonnent les collines de la ville ?

blog-carestream-dental-changing-lives-lisbonne-tram

C’est beau une ville la nuit : Lisbonne ne serait plus vraiment Lisbonne sans ses tramways jaunes.

JOUR 04 – RETOUR À LYON POUR LES EXTÉRIEURS

Cette dernière journée a été en effet dédiée exclusivement au tournage de l’intégralité des plans en extérieur, avec pour gageure comme évoqué ci-avant qu’aucun édifice emblématique n’y figure. Bien sûr la majorité des lyonnais sauront identifié certains lieux, mais à l’international le film doit simplement offrir pour ressenti le décors d’une ville moderne même anglo saxonne. Pour cette raison les textes présents sur certains des éléments de décors sont rédigés en anglais.

Extérieur jour : le réalisateur Rémy donne ses consignes à la comédienne Julie

Encore une journée menée sur les chapeaux de roue pour venir à bout de l’ensemble des plans planifiés. Cette fois seule le soleil n’était pas de la partie et il faut ici savoir rester humble : on peut à peu près tout préparer à l’avance, sécuriser au maximum un planning, mais les caprices de la météo sont l’élément sur lesquels on n’a pas de prise. Sauf bien sûr à pouvoir décaler une journée et encore faut-il que tout le staff soit disponible, comédiens y compris.

Il a donc fallu faire avec une légère bruine lors de cette journée, ce qui en soi ne devrait avoir aucune incidence sur le déroulé narratif de ce film. C’est simplement que réalisateur comme chef op préfère opérer sous des hospices lumineux plus cléments.

Pour la blague, Thomas a su inventer un dispositif tout ce qu’il y a de plus original en fixant un parapluie sur son harnais porte caméra. On pourrait presque penser à déposer un brevet et à déposer une marque à l’INPI.

Sans s’en douter, Thomas vient peut être d’inventer un complément à son Movin’ (harnais caméra) qui pourrait révolutionner les tournages les jours de pluie.

Temps maintenant de conclure cet article pour lequel on a honnêtement pris autant de plaisir à le rédiger que lors du tournage proprement dit.

Et pour celles et ceux qui l’ont lu intégralement, voici le cadeau bonus à savoir le tout premier teaser publié par Carestream Dental, en attendant la mise en ligne du film complet le 11 mars prochain. Stay tuned donc… Et à très bientôt pour un nouveau billet de blog;

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *