Pour une expérience optimale, cet article est également accessible au format Landing Page.

Quatrième groupe autoroutier d’Europe et filiale du groupe Eiffage, APRR est partenaire depuis 2016 de C-Roads.

Expérimentation à l’échelle européenne, C-Roads concerne et engage de très nombreux professionnels des mobilités, publics et privés, avec pour objectif de faire communiquer les véhicules entre eux et avec les infrastructures routières.

Acteur de l’innovation et des futures mobilités, le groupe a ainsi mis en œuvre, testé et validé 90 km d’autoroute communicante.

En vue de l’événement européen de référence SafeRoads TODAY, APRR nous confie la production d’un film C-Roads qui :

– rende compte de leurs expertises et innovations
– donne la parole à l’ensemble de leurs partenaires
– recourt à la narration et à une esthétique premium
– soit accessible pour tous les public

LE FILM APRR C-ROADS – TÉMOIGNAGES & RETOUR D’EXPÉRIENCE

Conformément aux souhaits exprimés lors du brief initial par le client, ce film devait impérativement se distinguer du tout venant du film « retour d’expérience ». Un format qui se contente trop souvent  d’aligner les interviews, pour ne susciter que peu d’intérêt auprès des publics visés.

Il fallait également tendre vers un niveau de vulgarisation savamment équilibré : parler à l’ensemble des professionnels des mobilités, tout en développant un propos accessible et donc compréhensible du grand public.

À l’issue des réunions de préparation, avec notamment Nadège Sparhubert et Jeanne Bussy du service communication et Benoit Vuadelle, chef de projet APRR, la production s’est entendue avec le réalisateur Thibault sur plusieurs objectifs et partis-pris de réalisation.

Ceux-ci relèvent autant de la maitrise du fond que de la forme.

Victor & Thibault au coeur du CESAR, le PC de sécurité du réseau AREA
Un bâtiment emblématique de l’A43, situé sur les rives du lac d’Aiguebelette (38)

1 – EMPRUNTER AU STORYTELLING

L’expérimentation C-Roads prend d’autant de plus de sens et suscitera d’autant plus d’intérêt que si elle est pleinement contextualisée. Ce qui revient à identifier : les enjeux concernés (sécurité, confort, développement durable) l’évolution des mobilités, attentes et motivations des usagers et clients du réseau, les progrès et innovations technologiques.

Elle est encore légitimée par le futur des mobilités vers lequel elle marque une étape essentielle, indispensable même.

C’est pourquoi, le film recourt à la narration et emprunte au storytelling, durant son introduction et sa conclusion.

Pour cette voix qui incarne APRR, c’est Hélène Calba, l’une des journalistes d’Autoroute Info qui s’est prêtée à l’exercice. C’est ainsi une voix familière des clients du réseau qui porte l’engagement et les expertises du groupe dans le cadre du projet C-Roads.

En contrepoint, le film donne la parole sous la forme de verbatim à 5 personnes : Eric Payan, Directeur de l’Exploitation APRR, Benoit Vuadelle, Chef de Projet APRR, ainsi que 3 de leurs partenaires :

Guillaume Grolleau, General Manager Pôle V2X chez Lacroix City
Houda Labiod, Professeur à Télécom Paris et co-titulaire de la chaire C3S
Divitha Seetharamdoo, Chargée de Recherche en électromagnétisme Université Gustave Eiffel

Il nous fallait donc maitriser le niveau du curseur du storytelling pour qu’il puisse s’accorder avec des prises de parole dont la
portée est ouvertement plus scientifique et donc factuelle.

Le storytelling, ou plus simplement l’art de raconter une histoire
La voix d’Hélène Calba, journaliste Autoroute Info, incarne les expertises et l’engagement du groupe

2 – UNE PRODUCTION PREMIUM

Ce terme qui désigne une qualité de services et/ou produits de gamme supérieure peut également se rapporter à la production de contenus vidéo. Il convient toutefois d’expliciter ce qu’il recouvre précisément.

Sur ce film, nous avons dès le départ ambitionné de réaliser l’intégralité des plans, pour ne jamais recourir à l’achat de footages sur des sites banques images.

Trois raisons à cela :

1 – maitriser totalement la cohérence formelle du film, du 1er jusqu’au dernier plan
2 – légitimer le discours du groupe en le dotant d’un film dont toutes les images lui sont exclusives
3 – renforcer l’intérêt et l’adhésion des publics cibles en leur offrant de visionner un contenu 100% original

Et nous nous sommes donnés les moyens de cette ambition. Quelques chiffres pour en témoigner :

– 5 jours de préparation en phase de pré-prod
– 7 jours de tournage en immersion au sein des équipes et métiers APRR
–  14 sites en région Auvergne Rhône-Alpes mais aussi Rennes et Paris
– 22 personnes apparaissant à l’écran dont 4 interviews verbatim

3 – PRIVILÉGIER LE B-ROLL ET LA CINÉGÉNIE DE L’IMAGE

Toujours dans l’intention d’une production premium, nous nous sommes attachés à accorder une grande importance à l’image en cherchant à tirer au maximum profit de l’univers de l’autoroute riche en lignes de fuites et perspectives, de couleurs vives et référencées, de paysages naturels ou urbanisés.

Pour composer un film qui accroche l’œil et transcende l’exercice scolaire et appliqué du testimonial en interviews face caméra. Ces plans sont d’ailleurs ici volontairement réduits à de très courtes portions, le temps d’identifier les différents intervenants, pour faire la part belle aux plans d’illustration.

Ce procédé, que l’on désigne sous le nom de B-Roll, est tout particulièrement exploité par les grands annonceurs B2C pour leurs vidéos brand content, mais encore dans la production de documentaires.

Les autoroutes : des territoires qui mènent à d’autres territoires…
Une infinité de paysages naturels ou urbains, tel qu’ici l’A43 à sa jonction avec la métropole lyonnaise

4 – DU BON USAGE DU DRONE

Avec les drones, les plans aériens sont devenus accessibles de l’immense majorité des productions, sous réserve bien sûr de disposer des autorisations DGAC et d’un télépilote dument breveté.

Sur le film C-Roads, le fait que le réalisateur Thibault soit également télépilote a joué un rôle de première importance. Cela nous a assuré de doter APRR d’une vidéo où chaque plan était assujetti à son « œil » expert, autrement dit son sens du cadre, son appréciation de l’équilibre chromatique et de la lumière.

Pour autant, nous défendons par principe le recours au drone que selon les réels bénéfices des images aériennes. S’il est entendu qu’elles dynamisent le montage et fonctionnent telles des respirations, elles sont dorénavant si exploitées qu’il faut aussi savoir faire preuve de retenue.

Bref, vous l’aurez compris, le drone pour le drone n’intègre pas notre modus operandi !

Ici, il nous fallait rendre compte de territoires et de flux autoroutiers que seuls les plans aériens nous offraient pleinement de restituer. Le bâtiment du PC CESAR, son architecture singulière et emblématique du réseau, nous ont également incité à le magnifier depuis les airs.

À l’instar de la conclusion du film, l’expérimentation C-ROADS marque une étape dans la recherche et le développement des transports intelligents. Elle fait suite à des programmes antérieurs et amorce les prochaines expérimentations qui toutes convergent vers le véhicule autonome et connecté.

Et parce que ce futur n’a jamais été si proche, le film pourrait bientôt s’enrichir d’une nouvelle production qui nous fait dire :

TO BE CONTINUED…

Photo de clap de fin de tournage sur les pistes d’essai de Transpolis (01)

Merci à Jeanne, Nadège, Benoit, Eric, Françoise, Walid, Laurent,
Zakaria et l’ensemble des équipes APRR-AREA
Divitha, Houda, Guillaume, Mathilde, Élodie,
Université Gustave Eiffel, Télécom Paris, Lacroix City, Transpolis

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *