vignette-film-du-mois-geral-industrie

Que ce soit pour les agences, généralistes ou spécialisées, les sociétés de productions de contenus vidéos, mais encore les médias communication et marketing, le « case-study » est un outil précieux. Ceux qui conçoivent et produisent y trouvent matière à valoriser leurs expertises, ceux qui relaient l’info y puisent la source même de leurs contenus éditoriaux. Celui-ci est consacré au 1er film d’entreprise produit par nos équipes pour l’entreprise Geral.

Pour chacun des articles se rapportant à l’une de nos productions, nous essayons dans la mesure du possible de nous détacher de la figure strictement promotionnelle, pour ouvrir notre propos et sensibiliser le lecteur au-delà du seul projet évoqué.

Spécialisée dans la conception et fabrication d’équipements électriques et électroniques industriels sur-mesure, Géral elle est l’une des nombreuses filiales du groupe Gérard Perrier Industrie.

Cette vidéo nous offre l’opportunité d’aborder une thématique essentielle dans nos métiers, à savoir la légitimité du film d’entreprise, ainsi que de répondre aux interrogations de bon nombre de nos prospects. Plus particulièrement ceux qui se dotent de leur tout premier film corporate.

Mais avant toute chose, le film :

LA LÉGITIMITÉ DU FILM D’ENTREPRISE

Inutile de le nier : dans cette grande et belle famille de la production audiovisuelle, le film d’entreprise est le mauvais élève de la classe, celui qu’on relègue en fond de salle et qu’il est souvent bon de dénigrer lorsque l’on évolue dans les hautes sphères de la publicité, la prod TV ou… mieux encore, le cinéma. C’est de bonne guerre, mais c’est également injuste et partial et ce pour plusieurs raisons.

La première est on ne peut plus simple : toute entreprise, quelle que soit sa taille, son antériorité, son secteur d’activité, produits et/ou services, a besoin de communiquer. Sauf à se trouver en situation de total monopole, un modèle depuis longtemps battu en brèche, nos environnements sont devenus si concurrentiels qu’il faut pouvoir s’y démarquer pour gagner en parts de marché, maintenir sa croissance puis pérenniser son activité.

Parmi les médias à disposition, la vidéo est intrinsèquement le plus riche de tous, puisqu’elle offre d’agréger images – réelles ou « fabriquées » – sons et textes. Il est donc bien naturel que ce soit le  média le plus demandé et exploité. Ajoutons à cela que le budget d’un film se rapporte dorénavant presque exclusivement à sa seule production. La diffusion sur internet étant pour ainsi dire gratuite et ce à l’échelle de la planète

blog-film-geral-video-levier-croissance-900x600

La vidéo est l’un des plus puissants leviers de croissance pour l’entreprise. Une tendance chaque année renforcée.

Cette nouvelle donne est en place depuis une quinzaine d’années. Pour autant, notre expérience nous montre chaque semaine que bon nombre d’entreprises, et plus particulièrement des PME du secteur industriel, ne se sont encore jamais dotées d’un film, ne serait-ce que pour promouvoir leurs produits et leurs savoir-faire. C’était ici le cas avec Geral qui nous confiait la production de leur toute première vidéo corporate avec pour objectif d’y valoriser l’ensemble de leurs domaines de compétences.

Pour anecdote historique mais surtout preuve irréfutable de la force de ce média, citons ici le cas des Frères Lumière qui exploitèrent leur propre invention pour filmer la sortie de leurs usines, situées dans le quartier de Montplaisir de Lyon. Cette démarche n’avait strictement aucune vocation artistique, mais bien de capturer un instant de vie de leur entreprise et de rendre compte de la dynamique de celle-ci, via la foule d’ouvrières suivis des cadres. Une séquence dont on sait qu’elle a été totalement mise-en-scène pour traduire cette « fourmilière » humaines.

blog-film-geral-sortie-usine-lumiere-900x600

Tourné en 1895 quelques mois seulement après l’invention du cinématographe, la Sortie des Usines Lumière, est considérée à juste titre comme le 1er film d’entreprise de l’histoire.

BRIEF ET PREMIÈRE RENCONTRE : DES ÉTAPES ESSENTIELLES

Les demandes clients peuvent être formulées par des profils extrêmement variés : directeur marketing, responsable de communication, direction générale mais également fondateur et/ou gérant. Certains ont procédé à la rédaction d’un cahier des charges, d’autres non et sont de fait en attente d’une dynamique de conseil global : apprendre à les connaître et expertiser leur environnement pour leur soumettre un devis bien sûr mais également une note d’intention argumentée et toujours illustrée de productions antérieures.

C’est pourquoi nous accordons une telle importance au tout premier contact et le prolongeons autant de fois que possible d’une visite sur le site du prospect pour recueillir un maximum d’informations. Dans le cas de Geral, c’est donc à Belley (01) que Stéphane et Guillaume, respectivement directeur commercial et chargé de production chez EO Production ont rencontré leurs interlocutrices du service communication, ainsi que le directeur de division.

panoramique-equipe-tournage-geral-industrie-900x213

Tout au long du tournage, nos équipes ont bénéficié de la présence de Marine et Morgane, du service communication.

Selon les projets, cette rencontre s’effectue parfois en amont du devis, pour la meilleure appréciation possible des besoins clients exprimés, ou comme ce fut le cas avec Geral une fois la phase commerciale conclue.

Elle offre alors l’opportunité d’un véritable repérage pour identifier les machines, apprécier les gestes et donc les opérateurs/trices qui doivent impérativement figurer dans le film, intégrer enfin le process global de production : de la CAO à la logistique opérationnelle, sans oublier les technico-commerciaux, la R&D et le service qualité. Aucun échange téléphonique ou mail ne pourra jamais se substituer à une véritable rencontre sur le « terrain ». Tous les sites industriels ont certes en commun de produire, mais aucun ne le fait de façon identique.

Cette vérité nous amène à battre en brèche un second à priori relatif au film d’entreprise : ils se ressembleraient tous, tant sur la forme que sur le fond. Au risque de surprendre, ce n’est pas totalement faux, en tous les cas pour ce qui relève de l’objectif.

PRODUIRE UN FILM FIDÈLE À L’ATTENTE CLIENT

Les films d’entreprises visent en effet toujours à valoriser les produits et les expertises de nos clients. Sur le plan du discours – titrage et/ou une voix-off – leurs champs lexicaux et sémantiques se trouvent donc confinés au sein d’un espace plutôt restreint et techniquement rattachés à l’activité proprement dite du client.

Mais s’en tenir là est ici encore bien trop restrictif, voire intellectuellement malhonnête. Comme évoqué ci-avant et comme nous avons procédé avec Geral, pour chaque nouveau projet nous interrogeons le contexte du client : son historique, son ou ses marchés, ses concurrents, sa stratégie, ses points forts comme ses points faibles. Nous nous enrichissons ainsi sans cesse, jusqu’à parfois même découvrir des produits et des métiers que que nous ne soupçonnions pas. Ce sont également bien sûr à chaque fois de nouvelles rencontres : nos interlocuteurs directs certes, mais encore les hommes et les femmes qui contribuent chaque jour à l’activité de l’entreprise chacun selon leurs propres expertises et missions.

blog-film-garel-operateurs-900x600

Chaque nouveau projet est pour nous l’occasion de découvrir des savoir-faire, assurés et transmis par les hommes et femmes de l’entreprise.

Donc oui, les films d’entreprise sont bel et bien intrinsèquement motivés par des objectifs communs. Pour autant, chacun de nos films sont uniques, au plus proche de l’attente et de l’identité du client, afin qu’il puisse s’y reconnaitre tel dans un miroir.

TECHNICITÉ ET DÉMOCRATISATION DES OUTILS ONT OUVERT UNE NOUVELLE ÈRE AU FILM D’ENTREPRISE

Intéressons-nous maintenant à la forme. Ici encore c’est bien peu connaitre le film d’entreprise que s’en tenir au caricatural « quand on en a vu un, on les a tous vu ».

Déjà parce que les progrès techniques et la démocratisation des outils, de tournage comme de postproduction, ont permis d’accéder à un niveau de qualité insoupçonnable il y a seulement 10 ans.

L’intégralité des images au sol du film Geral ont été tournées en RED, soit la caméra qui a littéralement fusionné le cinéma et la vidéo pour donner naissance à une qualité et un rendu image dénommé « cinéma numérique ». C’est cette même caméra qui est exploitée pour un grand nombre de spots publicitaires, voire de longs métrages destinés à la télévision ou au cinéma. Aucun compromis donc ici sur la qualité des images.

blog-film-geral-tournage-camera-red-900x600

Un tournage réalisé en caméra RED pour l’intégralité des plans réalisés au sol.

Autre illustration, toujours selon une perspective technologique, nous nous sommes immédiatement accaparés les nouvelles opportunités offertes par les drones. Non pas pour le plaisir de jouer les pilotes mais bien parce que l’une des composantes les plus concrètes d’une société c’est son territoire. Production, logistique, administration, une entreprise se valorise donc également par cet aspect territorial : l’espace au sol qu’elle occupe. Ici encore sur le film Geral, dès la visite initiale, il a été convenu que le film serait enrichi de plans en drone pour rendre compte de la taille de l’entreprise et identifier les différents espaces.

Plus des 3/4 de nos films corporate comportent désormais des plans en drone, une proportion accentuée par les tous derniers modèles qui si compacts offrent de les exploiter en intérieur. On en profite ici pour préciser que nos plans en drone sont bien entendu toujours assurés par des pilotes certifiés et en respect des règles en vigueur, telles que fixées par la DAGC.

blog-film-geral-tournage-drone-900x600

La majorité de nos productions corporate intègre dorénavant des plans aériens en drone pour valoriser le site de l’entreprise.

On évoquait ici les différents espaces sur le site mis en valeur par les plans aériens. Ces prises de vues ont été enrichies lors de la postproduction d’effets de titrage et de zonage au recours du procédé de « tracking » qui greffe les titres et les couches d’infographie à l’image pour suivre le mouvement de la caméra. Ici encore c’est dans une proportion majoritaire que nos productions recourent à des effets numériques. Non pas pour un quelconque effet gadget, mais dès lors que ces effets sont nécessaires pour satisfaire à la demande client, en fonction de l’ensemble des messages qu’il souhaite communiquer au fil du déroulé de son film.

blog-film-geral-tracking-zonage-900x600

Grâce aux outils de compositing, on peut enrichir les plans en images réelles d’effets numériques pour y apporter des précisions factuelles.

Pour conclure ce nouvel article, nous espérons qu’il a su démontrer la légitimité comme l’intérêt pour toute entreprise de recourir aux contenus vidéos pour levier de croissance et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un premier film. Ainsi que valoriser nos expertises et notre engagement sur chacune de nos productions, pour traduire en image le plus fidèlement possible la demande client, sans chercher à reproduire ad vitam la même recette.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *