Articles

© photo d’illustration article : Henrik Purienne

Heureux de vous retrouvez pour un nouveau digest multi-thématiques.

La trêve estivale est par nature moins propice en volume d’informations, mais curieusement cet été comme nous allons le voir il se passe beaucoup de chose côté matos.

Pour le reste c’est l’occasion, comme chaque année, de se donner rendez-vous avant le break des congés sur le Blog, qu’on espère vous connaitre de plus en plus nombreux à fréquenter.

Pour celles et ceux qui ont déjà les pieds dans l’eau – mer, océan ou torrent de montagne, qu’importe c’est tout le monde qui le gagne – et qui seraient parvenus à se déconnecter, patientez tranquillement d’ici la reprise ou offrez vous une pause, et une seule alors, aux accents geek et veille média et digital, à l’heure de l’apéro ou entre 2 parties de pétanque. Pour les autres sports et loisirs, ça marche aussi.

Allez, c’est parti !

VEILLE TECHNIQUE : ÇA BOUGE CÔTÉ CAMÉRAS

On attaque donc par le versant matos, et on se focalise sur les caméras et boîtiers – mais faut-il encore les distinguer ? – tant l’actualité des mois de juin et juillet a été riche en annonces.

Alors que la Blackmagic Pocket Cinema Camera 4K s’est attirée de très nombreux éloges, ce malgré ses finitions et plus particulièrement sa coque toute de plastique, il se pourrait bien qu’elle ait trouvée une nouvelle compétitrice avec la Z-Cam E2C.  Une caméra chinoise d’un fabricant déjà reconnu et qui s’enorgueillit de proposer un modèle encore plus compact que la Blackmagic et à un prix nettement plus compétitif puisque de seulement 799 $ ! Boîtier nu, il va de soit.

La caméra Z-Cam EC2, nouvelle compétitrice sur le segment des 4K compacts et low budget.
La caméra Z-Cam EC2, nouvelle compétitrice sur le segment des 4K compacts et low budget.

Les principales spécifications de la E2C sont consultables ici. On notera toutefois qu’elle n’offre pas d’enregistrement RAW, un point non négligeable quand on sait l’importance question workflow de maitriser une chaîne de production avec le meilleur indice de qualité.

On en profite ici pour publier nos trois spots publicitaires tournées avec la Blackmagic Pocket, qui a rejoint notre parc matériel et que nous étrennions sur une production pour l’agence Nouveau Monde et son client Lindahls – groupe Nestlé. Des spots destinés à une campagne exclusivement digitale à l’échelle européenne ou le géant Suisse de l’agroalimentaire souhaite implanter cette marque d’origine suédoise au fort potentiel.

On poursuit avec RED Digital Cinema et 2 informations concernant l’un des pionnier du cinéma numérique et sans doute celui qui a le plus participé à la fusion entre les univers du cinéma et de la vidéo.

La seconde joue du mystère avec un art consumé – mais toujours efficace – du teasing à l’extrême. Nom de code : Komodo ! Oui comme les dragons ce qui laisse augurer d’une offensive en mode Blitzkrieg, une tradition chez Jim Jannard, le fondateur visionnaire de la marque.

À se mettre sous la dent, ou plutôt sous les yeux : uniquement 2 photos publiées concernant ce projo en mode top secret classified.

Pour ceux qui connaissent le Schmilblick, à vous de découvrir ce qui peut bien se cacher derrière ces 2 photos et sous le nom de code KOMODO ?!
Pour ceux qui connaissent le Schmilblick, à vous de découvrir ce qui peut bien se cacher derrière ces 2 photos et sous le nom de code KOMODO ?!


S’il est quasi impossible d’après ces 2 clichés de savoir ce qui se cache exactement derrière l’opération Komodo, les plus informés et aguerris de la marque semblent y déceler une probable seconde chance à Hydrogene System, l’unique échec à ce jour de RED. Pour rappel, il s’agissait d’un smartphone avec des capacités vidéos uniques dont celles de filmer des vidéos holographiques, très proches dans le rendu de ce que l’on obtenait sur l’écran d’une console de jeu 3DS.

Gros hic : le produit n’a convaincu personne et ce dès les phases des tests par les youtubeurs et sites techniques spécialisés. Patrata donc !

Mais comme le dit l’adage, on apprend jamais autant que de ses échecs et il semblerait que derrière l’opération Komodo se profile l’arrivée d’un module dédié à l’Hydrogene System, le transformant en véritable dispositif de captation pro. Ou alors, il s’agirait d’une nouvelle caméra d’entrée de gamme visant elle aussi la compacité. Décidément ce créneau est plus que porteur.

Toujours concernant RED : le lancement de la Ranger qui préfigure un nouveau modèle de commercialisation, à savoir une caméra exclusivement destinée aux marchés des loueurs. Impossible donc dans l’absolu de l’acquérir pour un réal ou une boîte de production ! Reste à découvrir si cette stratégie a ses chances pour se pérenniser. RED a en tous les cas fait les choses aux mieux en concevant un produit dont l’ergonomie comme les différents modules et optiques ont été spécifiquement adaptés au marché locatif.

Attention, la bête équipée du capteur Monstro 8K est clairement positionnée sur le segment cinéma et prod publicitaire et entre en concurrence directe avec l’ALEXA 65 ou la Panavision Millenium DXL2.

Découvrez l’engin dans cette vidéo review.

On conclue avec le nouveau boîtier de GFX 100 de FUJIFILM avec lequel il va falloir nous approprier un nouveau terme pour désigner les capteurs dépassant le plein format. On parlera donc ici des capteurs de format Moyen ou Medium selon la langue de votre choix, sachant que celui du GFX 100 affiche des dimensions de titan puisque 1.7 fois supérieures  au 24×36 et une résolution photo de 102 Mpx !

Sa capacité en capture vidéo reste limitée au 4K à 30fps mais là n’est pas l’essentiel car la taille du capteur donne lieu à un résultat véritablement incroyable. Et c’est là que l’on bascule des mots à la vidéo pour vous en convaincre avec ce time-lapse de nuit réalisé à Dubaï par Beno Saradzsic, photographe vidéaste et ambasadeur Fujifilm. Attention : ça pique les yeux !

VEILLE MÉDIA & DIGITALE : SUMMER MOOD

Bon là, on sent déjà nettement plus que les concepteurs rédacteurs, mais également les annonceurs, ont pris leurs quartiers d’été.

Une actualité plutôt en berne donc, mais avec tout de même 2-3 trucs qui ont titillés nos neurones et nos pupilles.

Tout d’abord ce spot pour la marque Skyn. Un des nombreux spots a avoir tiré opportunément profit de l’anniversaire des 50 ans de l’alunissage de la mission Apollo 11, mais avec un pitch en termes de conception rédaction qui brise clairement le plafond de verre.

À quoi bon en effet se donner tant de mal à explorer l’espace, alors que nous sommes encore si nombreux – sur terre – à ne pas se connaitre pas soi même, intimement parlant bien sûr sachant qui est ici l’annonceur.

Sous le titre explicite Explore Yourself, ce film est également un exercice virtuose de montage d’après des sources footages mixées à de l’animation et soutenue par une voix off cognitive s’articulant autour du paradoxe évoqué ci-avant.

Vous le savez, on est fan des dispositifs de communication exploitant la vidéo comme média testimonial et/ou comme outil intrinsèque. Ce mois, nous en avons retenu 2.

Le premier, c’est encore une date anniversaire – décidément – qui en est à l’origine. L’album mythique des australiens AC/DC Highway to Hell fêtait en effet ses 40 ans. Ce qui pour ceux qui l’on découvert à sa sortie met un sacré coup de mine sur la tête, cela dit en passant.

À cette occasion, l’agence Brand Station a conçu et mise en œuvre un mur de son capable de littéralement souffler les 40 bougies du gâteau. Difficile de ne pas penser qu’ils n’aient été inspirés par la séquence d’ouverture de Back to the Future, mais qu’importe la vidéo produit son petit bonhomme d’effet et c’est là l’essentiel.

Une pensée au passage pour Bib Scott et Malcom Young.

Second dispositif et pas des moindres avec le GAFA Twitter qui proposait jusqu’à ce dimanche 4 août une expérience immersive intitulée Quoi de neuf ? interconnectant 40 villes dans le monde au recours de curieux containers dorés.

À Paris, c’était place de la République que le public était convié à tenter le truc, qui vous place en situation de rencontrer sur un mode aléatoire – façon Chatroulette mais en plus safe – un parfait inconnu se trouvant n’importe où sur la planète.

De curieux containers dorés siglés "Quoi de neuf ?" et disposés dans 40 villes du monde, comme ici Paris, place de la République.
De curieux containers dorés siglés « Quoi de neuf ? » et disposés dans 40 villes du monde, comme ici Paris, place de la République.

Ce coup de com reposait sur la technologie de la société Shared Studios qui a conçu et développé les fameux containers, dénommés Shared Spaces. Et puisque très curieusement Twitter n’a publié aucune vidéo concernant cette opération, on profite nous d’une des leurs pour rendre compte de l’expérience offerte.

CERISE SUR LE GÂTEAU

Immense coup de cœur pour ce court métrage en animation 2D qui rend hommage au cinéma italien des années 60. On s’est dit que c’était une belle façon de fêter l’été qui finit toujours, telle la dolce vita, par nous filer entre les doigts.

C’est signé de Chiara Luber pour le studio Passion et c’est magnifique tel un coucher de soleil sur la ville éternelle.

NABSHOW 2018 oblige, ce nouveau numéro de Com à la Maison sera exceptionnellement consacré qu’à la technique et au matos, avec toujours pour ambition de rendre les infos accessibles de tous, ou du moins du plus grand nombre.

D’ailleurs pour celles et ceux à qui le NAB n’évoquerait rien, il s’agit ni plus ni moins de la grand-messe de l’audiovisuel professionnel, qui se tient chaque mois d’avril à Vegas.

Quand bien même on n’a pas eu la chance de s’y rendre, les nombreux média et pure players spécialisés nous offrent d’y faire notre panier tranquillou dernière nos écrans, sans avoir à arpenter des kms d’allées.

Voici donc ce qu’on a retenu de cette édition 2018. Comme quoi tout ce qui se passe à Vegas… finit par se savoir en fait !

CAMÉRA : BLACKMAGIC DESIGN CRÉE LE CHAINON MANQUANT

Cela fait déjà une bonne dizaine d’années que les australiens de Blackmagic Design ont déboulé dans le game pour faire de leur marque et de leurs produits des acteurs majeurs de la vidéo pro, couvrant tout le workflow, soit de la captation au traitement de l’image.

La marque se faisait toutefois discrète depuis un bon bout de temps côté caméra, au point qu’on pouvait se poser la question de leur volonté à occuper ce segment de marché.

La réponse est tombée et il est clair que Blackmagic Design souhaite une nouvelle fois frapper un grand coup avec son tout nouveau modèle : la Blackmagic Pocket Cinema Camera 4K.

blackmagic-pocket-cinema-4k

La Blackmagic Pocket Cinema 4K, le DSLR qui se prend pour une caméra

Une sorte de chaînon manquant entre le boîtier DSLR et le corps de caméra qui promet de bien perturber le marché avec au programme :

– une plage dynamique rivalisant avec les Alpha de Sony pour tourner en faible éclairage.

– un écran intégré tactile et de grande dimension offrant de s’affranchir d’un monitoring spécifique.

– une monture d’objectif Micro 4/3 compatible avec un immense choix d’optiques

– la capacité d’enregistrer en RAW directement sur des cartes CFast 2.0 ou sur un DD externe via le port USB-C intégré, sans sacrifier un slot pour les cartes SD (standard et UHS-II)

– une entrée mini-XLR intégrée et ça c’est carrément la classe pour ne pas dire le rêve éveillé !

– plusieurs options d’alimentation dont l’USB-C et la compatibilité avec les batteries LP-E6

Mais on a gardé le meilleur pour la fin. Il s’agit bien entendu du prix, une véritable spécialité de la maison question stratégie marketing, tant la marque a toujours su coiffer au poteau ses concurrents du côté de la tirelire.

Là on se demande carrément comment ils font  : 1 145.00 €TTC avec le logiciel Resolve inclus (on en cause après…), c’est moitié moins cher que n’importe quel boîtier affichant des spécifications identique, voire moindres !!!

Disponibilité prévue en septembre et en bonus une vidéo de Harddisk, le youtubeur qui cause plus vite que son ombre, qui nous présente la bestiole…

RØDE SE PLIE EN 4 ET REPENSE LA CAPTATION AUDIO

On ne parle pas assez de l’audio et c’est bien dommage car, de la captation à la postproduction, il participe assurément de la bonne réception d’un film, entendez ici de sa qualité intrinsèque comme celle de sa réception auprès de son audience.

Il faut dire que nous sommes tellement habitués à consommer de la vidéo sur nos smartphones, de plus souvent en espace public, qu’on n’y prête de moins en moins attention. Et pourtant dès lors qu’on vise l’immersion et même l’émotion chez  le spectateur c’est juste essentiel.

On est donc tout particulièrement intéressé par le nouveau bébé du fabricant de micro RØDE qui, pure coïncidence, est également originaire du pays d’OZ, à savoir l’île-continent du surf et des wallabies.

Il s’agit d’un micro ambisonic, à savoir donc soit apparenté à la famille du son surround et donc spatialisé avec 4 microphones séparés et une connectique éclatée en autant de fiches XLR.

Pour autant la marque n’entend pas positionner ce nouveau produit sur le seul segment de la VR (Réalité Virtuelle) pour proposer un outil très polyvalent et offrant une très large étendue de possibilités en post-production.

Ici encore le prix est un argument fort puisque le NT-SF1 est d’ores et déjà proposé à 999 $US. Qui dit mieux ?

À savoir encore : le fabricant promet plus tard dans l’année un plugin compatible ProTools ou Audition pour exploiter tout le potentiel avec votre software préféré.

La vidéo est cette fois offerte par les équipes du site US incontournable Nofilmschool.

QUAND LES SMARTPHONES VOIENT LES CHOSES EN GRAND

Alors ce 3ème produit glissé dans notre panier, en toute sincérité on n’y croit que très moyennement.

Il traduit toutefois une réalité qu’on ne peut ignorer : nos smartphones, devenus photophones offrent également des capacités vidéos non négligeables et très proches voire identique à la vidéo pro : enregistrement 4K, ralenti, plage dynamique élevée, etc…

On est d’ailleurs très curieux de connaître la forme définitive de la caméra 8K que RED développe actuellement en partenariat avec le taïwanais Foxconn. Tout juste sait-on qu’elle sera « beaucoup plus petite » selon leurs propres dires. OK, mais dans quelle proportion, celle d’un  smartphone ?

Le fabricant optique chinois  Cinematics International CO propose donc rien moins qu’une interface pour connecter votre smartphone à de véritables objectifs professionnels.

Cela donne une caméra hybride d’un nouveau type mais dont on peut toutefois douter de l’ergonomie, sauf bien sûr si Darwin a prévu une évolution bien spécifique de ce qui nous sert de mains.

Enfin bref seul l’avenir dira s’il y existe une niche pour ce type de produit…

Avec toujours une vidéo signée de Nofilmschool :


DAVINCI RESOLVE 15 : LA GRANDE OFFENSIVE

On quitte un instant le matos pour nous intéresser au  software et c’est une nouvelle fois Blackmagic Design qui fait l’actu avec l’upgrade de son logiciel phare DaVinci Resolve Studio qui bascule en version 15.

Flashback : il y  a seulement 15 ans, n’importe quel monteur vidéo  vous aurait à minima ri au nez si vous lui appreniez que Premiere deviendrait la solution d’editing la plus exploitée au monde.

Qui se souvient du logiciel à ses débuts ne pouvait en effet se douter qu’il connaisse un tel avenir. Et pour ceux  qui, à contrario, l’auraient  pressenti, alors on espère qu’ils ont placé des billes dans le capital de l’éditeur californien.

Mais la donne a totalement changé. Avec une stratégie marketing d’une redoutable efficacité mixant la synergie d’une suite logicielle complète, couvrant l’editing, le compositing, le mix audio, l’encodage et l’authoring, et un modèle de distribution tout « cloud », Adobe s’est imposé comme le leader incontesté.

Pour le reste l’histoire l’a toujours démontrée : aucun empire n’est infaillible. Ils sont même voués un jour à tomber !

Alors bien malin celui qui pourra prédire quelles sera la solution logicielle qui dominera prochainement le marché et qui saura donc s’imposer face à Adobe.

Ce qui est certain c’est que Blackmagic Design ne cesse de faire évoluer Resolve Studio qui, parti d’une solution d’étalonnage pur et dur se mue peu à peu en outil d’editing de plus en complet.

DaVinci-Resolve-15-photo-commerciale-02

DaVinci Resolve 15 futur logiciel leader de l’editing ? Photo commerciale Blackmagic Design.

Au programme de la nouvelle version numérotée 15 : l’intégration complète de Fusion, soit l’adjonction de 250 outils de compositing, paint, titres animés « et bien plus encore » selon la formule marketing consacrée. Également au programme : Audio Fairlight pour le traitement audio et une interface collaborative multi-utilisateurs.

Il ne fait donc aucun doute que Blackmagic Design est parti chasser sur les terres d’Adobe et que connaissant leur sens également inné du marketing et leur politique de prix ultra agressive, les lignes vont assurément bougées et peut être plus vite qu’on ne le pense.

Précisons en effet que DaVinci Resolve 15 Studio est accessible à seulement 299 $ /  259 € et qu’il est offert pour l’achat d’une majorité des produits hardware de la marque.

Ça va assurément faire mal !

Sans quitter votre siège, assistez à la présentation média officielle de Resolve 15.

LES ROUES DE LA FORTUNE SELON DJI

On terminera sur du plus gros matos parce qu’on aime bien ça et que, tels des geeks jamais rassasiés, on phantasme rien qu’à l’idée de pouvoir tester et œuvrer à de belles images avec de tels équipements.

On s’intéresse cette fois à  un autre leader du marché qui n’a assurément plus besoin de publicité, mais qui plusieurs fois par an agite l’univers de la vidéo avec des produits riches de mille et une promesses.

Après avoir conquis le leadership mondial du côté des drones et des Gimbal (dispositifs de stabilisation) Dji signe des caméras de plus en plus performantes et s’attaque à la machinerie en proposant un pupitre de commande pour son gimbal RONIN 2 inspiré des mécaniques d’antan.

Ces grandes roues métalliques avec lesquelles étaient actionné les mouvements des grues ou encore un simple panoramique caméra.

dji-master-wheels-nab2018-02

Dji Master Wheels ou la symbiose de la high tech et de l’ergonomie du cinéma d’antan

Le pupitre proprement dit est lui tout ce qu’il y a de plus high tech et cela donne donc un produit qui joue la carte d’une uchronie en mixant l’ergonomie mécanique des outils du passé – et à ce jour insurpassable – au meilleur de la technologie d’aujourd’hui et de demain.

Et comme chez Dji on ne regarde pas à la dépense, ils avaient carrément construit en dur un décor de saloon sur leur stand, invitant les visiteurs à réaliser les plans de leurs rêves avec un RONIN 2 monté sur une grue. YIPPEE !!!

dji-master-wheels-nab2018

Le stand Dji prend des allures de saloon. C’est le moment de réviser vos classiques du western

Quant à la vidéo, on a opté pour celle officielle du fabricant